Sécurité & Bien Être au Travail

Un peu d'histoire ...

 

L'histoire des améliorations des conditions du travail et celle du syndicalisme sont intimement liées. Pour preuve, en 1906, la Charte d'Amiens est  adoptée au congrès de la CGT.

Cette chartre donne au syndicalisme confédéral quelques-uns de ses traits spécifiques : la lutte des classes, la lutte quotidienne pour des améliorations immédiates mais aussi la lutte pour la disparition du salariat et du patronat, ainsi que son indépendance vis-à-vis des organisations politiques.

Cette Charte reste aujourd'hui une référence pour la plupart des organisations issues du syndicalisme CGT (la CGT elle-même, FO, la FSU), mais aussi Solidaires, principalement.

 

La catastrophe de Courrières est la plus importante catastrophe minière d'Europe. Elle a lieu le et a fait officiellement 1 099 morts. Elle tire son nom de la Compagnie des mines de Courrières qui exploite alors le gisement de charbon .

La Compagnie fournit 7 % de la production nationale de charbon. Un coup de grisou suivi d'un coup de poussier dévaste 110 kilomètres de galeries.

Trois jours après l'explosion, les recherches pour retrouver les survivants sont abandonnées et une partie de la mine est condamnée, pour étouffer l'incendie et préserver le gisement. Cette gestion de la crise par la compagnie minière a été particulièrement mal vécue par les mineurs et par leurs familles.

Le 30 mars, soit vingt jours après l'explosion, treize rescapés réussissent à retrouver le puits par leurs propres moyens après avoir erré dans le noir total sur des kilomètres, un quatorzième fut retrouvé quatre jours plus tard.

La catastrophe provoque une crise politique et un mouvement social qui débouchent sur un vaste mouvement de grève et aboutit à l'instauration du repos hebdomadaire.

 

Le premier livre du code du travail, intitulé Code du travail et de la prévoyance sociale, est adopté par la loi du 28 décembre 1910 qui porte sur les conventions relatives au travail (contrat d’apprentissage, contrat de travail, salaire et placement). Sa préparation prend toutefois du retard : compilant des lois qui existaient déjà (loi relative à la création des syndicats professionnels, loi de 1892 limitant à 11 heures par jour le temps de travail des femmes et des enfants, loi sur l'indemnisation des accidents du travail), il n'est achevé que le 25 février 1927 .

Les conventions collectives, reconnues par une première loi du 25 mars 1919 qui affirment leur suprématie sur le contrat de travail individuel, viennent compléter les dispositions du Code du travail pour chaque branche de métier et pour chaque profession.

En 1920 : les femmes peuvent adhérer à un syndicat sans l'autorisation de leur mari...

 

C'est la mobilisation des salariés qui permis d'obtenir ces avancées.

Et c'est sur ces avancées que revient aujourd'hui la loi El Khomri.

Et aujourd'hui ?

 

Si de nombreux progrès ont eut lieu en matière de santé et de sécurité, il reste des enjeux de taille : l'exposition à l'amiante  ou aux produits Cancérogène, Mutagène & Reprotoxique, les Risques Psychosociaux (eh, oui !), l'égalité hommes-femmes, la non discimination, le Compte Pénibilité....

 

Le CHSCT peut être vu comme le contrepoids des pouvoirs de la direction en ce qui concerne la mise en place de mesures liées à la sécurité et aux conditions de travail. Il est présidé par l'employeur ou son représentant, comporte une délégation du personnel et est assisté du médecin du travail et du préventeur. Il a pour missions :

  • de contribuer à la protection de la santé physique et mentale (y compris la pénibilité au travail) et de la sécurité des travailleurs de l'établissement, et de ceux mis à sa disposition par une entreprise extérieure ;
  • de contribuer à l'amélioration des conditions de travail, notamment en vue de faciliter l'accès des femmes à tous les emplois et de répondre aux problèmes liés à la maternité ;
  • de veiller à l'observation des prescriptions légales prises en ces matières.

Les représentants UNSa participant au CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) défendent ces enjeux d'aujoud'hui.

 

Le bien être dans l'entreprise ?

 

Proposer des actions sociales (créches d'entreprise, participation aux actions du CE, ...) , améliorer le vivre ensemble, favoriser le travail des femmes dans l'entreprise et recueillir vos avis au travers de questionnaire de façon à proposer des solutions, c'est le rôle de l'UNSa, syndicat réformiste pour améliorer le bien-être des salariés dans l'entreprise

 


Plan d'accès